Francine Burlaud, Les arbres se taisent – Un premier roman qui frôle la saga de l’été mais qui en revient, et de quelle manière!

3 07 2008

francine1.jpg

«  Tu sais, les maris et les copines, c’est deux races à part. C’est rare que l’accouplement soit viable. »

Une maison de famille dans le sud ouest où la narratrice accueille une amie – récente – et ses deux petites filles. Une maison de famille qui abrite une drôle de princesse, méprisée de tous et peut-être bien d’elle-même. Mais ce week end avec son amie Juliette tourne au drame lorsque cette dernière chute mortellement dans la propriété… Une mort qui pourrait nous entrainer dans un véritable polar digne des pires séries de l’été – il y a la propriété, le sud, une famille peu unie, un décès suspect… – mais qui nous emmène plutôt dans un drame psychologique entre la Gironde et l’Afrique.

Le roman est construit autour de dialogues parsemés d’indices qui nous révèlent bien autre chose que les circonstances de la mort de Juliette. Fait de phrases courtes et de nombreux dialogues – alors que l’on imagine une narratrice assez peu loquace et c’est là toute le talent de l’auteur que de mettre en place des dialogues nombreux et peu nourris dans une tension permanente – le roman est difficile à lire quand il quitte la Mélinière – en Gironde – pour l’Afrique. Il est lourd de non-dits et de la détresse d’une femme incipide – jusqu’alors.

Je choisis de vous laisser en compagnie de cet écrivain nouveau et prometteur, un écrivain à la plume vive qui anime un récit construit, lui, autour d’un sujet terriblement lourd.

Les arbres se taisent ou comment faire vivre une femme inexistante…

 Claire.


Actions

Informations



2 réponses à “Francine Burlaud, Les arbres se taisent – Un premier roman qui frôle la saga de l’été mais qui en revient, et de quelle manière!”

  1. 25 08 2008
    francine burlaud (20:54:01) :

    bonsoir claire,
    je viens de trouver votre article… je suis l’auteur des Arbres, et je vous remercie pour ce très joli commentaire. c’est un encouragement heureux, alors que je me demande souvent si, écrire, ce n’est pas complètement vain.
    qui êtes-vous?
    d’où écrivez-vous?
    comment avez-vous eu le livre?
    à bientôt
    francine

  2. 9 02 2009
    Guillaume Pollicott (17:48:55) :

    Je file acheter ton livre!! Quelle surprise!! Bon baisers d’un ami africain.

Laisser un commentaire




RURALIVRES |
Arcade |
valentine63 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le portrait de la femme en ...
| Lire, Voir, Ecouter...
| mespetitsmotspourtoi