Un homme par Philip Roth – Un corps que l’on subit ? Une détresse à venir.

7 12 2008

unhomme.jpg

Philip Roth… Cet auteur à succès, je l’ai rencontré à de brèves reprises : brèves parce que ma première lecture fut celle de L’habit ne fait pas le moine, nouvelle dont je me rappelle le discours contre les discriminations, assez habile et brèves parce que j’ai tenté de lire Le complot contre l’Amérique sans y arriver jusqu’à présent. Le texte – à moins que ce ne soit alors le contexte – ne me permettait pas de me mobiliser complètement et je l’ai lâchement abandonné. Aujourd’hui, après cette lecture d’Un homme, j’ai très envie de me faire pardonner cette lâcheté et de lire ce fameux Complot qui avait, voici deux ans, séduit tant de lecteurs.

Enfin, passons donc à Un homme. Un homme ou plutôt un corps. Un corps sans lequel nous serions certainement libres. Mais un corps sans lequel nous serions immortels et donc un corps sans lequel nous ne ferions rien de notre existence : avez-vous remarqué à quel point en l’absence de temps fini, de limites, nous sommes inactifs ?

L’homme auquel nous sommes confrontés va décéder. Il porte les cicatrices, les stigmates de la vie sur son corps. Sans doute les douleurs, les angoisses, les peurs qui naissent de ce corps sont-elles trop nombreuses pour un seul homme. Mais cet homme, et c’est là mon premier sentiment, a connu de tels plaisirs – dans l’amour, la natation… – et a commis de telles bassesses, que l’on peut comprendre que son corps prenne une sorte de revanche. Cependant, dans un second temps, on s’aperçoit aussi, au-delà du récit, que la vieillesse et ses affres sont le lot de tout un chacun, que cette vieillesse est une déchéance du corps avant celle de l’âme, que cette vieillesse s’accompagne, dramatiquement d’une sorte de culpabilité de l’homme. Une culpabilité à l’égard de soi et à l’égard des autres aussi, comme si l’on méritait cette vieillesse.

Philip Roth nous fait admirablement sentir ce qui constitue un des drames de nos sociétés aujourd’hui où l’on vieillit, où l’on meurt seul. Une fois la retraite et le repos arrivé, c’est le corps qui abandonne nos pères et mères. Mais ceux-ci n’en font pas part à des proches désormais de plus en plus éloignés, que ce soit dans le temps, dans l’espace ou dans les préoccupations. Aussi, le corps est voué à nous abandonner, tous, alors que nous sommes seuls. La vieillesse n’est pas le moment de l’indépendance, pourtant méritée après une vie donnée aux autres, au travail mais le moment de la dépendance et paradoxalement, le moment de la solitude. Le corps est une prison. Sa déchéance révèle l’horreur d’une vieillesse qui est trop souvent coupable et solitaire malgré le besoin que l’on a des autres. Car c’est la solitude des anciens qu’éprouve notre héros. Un héros auquel nous nous attachons. Pas vraiment parce qu’il nous est sympathique. Plutôt parce qu’il fait résonner en nous des faits vécus ou à vivre. Malheureusement.

A lire absolument… encore une fois.

Claire.


Actions

Informations



2 réponses à “Un homme par Philip Roth – Un corps que l’on subit ? Une détresse à venir.”

  1. 7 12 2008
    Jean-Baptiste (22:24:06) :

    Je trouve que tu as très bien parlé de ce livre ; j’avais voulu en parler de mon côté lorsque je l’avais lu l’an passé, mais je n’y étais pas vraiment parvenu. Donc félicitations à toi.

    Par contre, je te déteste de ne pas être allée au bout du Complot contre l’Amérique, qui est selon moi un des plus grands livres qu’il m’ait été donné de lire ces dernières années.

    Jean-Baptiste.

  2. 18 02 2009
    Jean-Baptiste (19:57:25) :

    Je viens de retouver quelques citations de cet ouvrage que j’avais recopiées lorsque je l’avais lu. La plume de Roth est très affutée ; j’avais envie de partager au moins cette phrase avec les potentiels lecteurs de ce commentaire :

    « Et puis un jour, il s’était produit quelque chose d’imprévu, d’imprévu et d’imprévisible : il vivait depuis près de trois quarts de siècle (…). »

    Jean-Baptiste.

Laisser un commentaire




RURALIVRES |
Arcade |
valentine63 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le portrait de la femme en ...
| Lire, Voir, Ecouter...
| mespetitsmotspourtoi