• Accueil
  • > Brèves de "train de livres"

Dernier voyage… et nouveau départ!!

3032009

findetraindelivres1.jpg

Chaque matin, chaque soir, j’ai la chance de monter dans de nouveaux trains: la Région Haute-Normandie a fait des efforts pour affréter ses habitants jusqu’ à la capitale et il faut bien dire que nous en sommes heureux! Si les retards n’en deviennent pas plus agréables, les lectures, elles, gagnent en confort. Vous le ressentirez également en vous rendant dans un nouveau « train de livres » qui gagne en lisibilité et qui vous invite à plus de lectures encore!!

 Venez donc nombreux à l’adresse suivante: http://traindelivres.unblog.fr !!!

 Nous vous y attendons, le nombre de places est illimité!

 De son côté http://rvclaire.unblog.fr vous dépose : ce sont ces dernières heures de voyage…

 A très vite.

 Claire et Jean-Baptiste.

 




Avis aux esprits romanesques… la gare Saint Lazare est envahie par les rats !

3122008

Non loin de l’Opéra qui s’y connait en la matière, la gare Saint Lazare accueille actuellement des rats… et pas que des petits ! Sans tutu mais également souples et rapides dans la traversée d’une quinzaine des 27 voies que compte ce terminus parisien.

Et ce phénomène, que nous sommes plusieurs à avoir observé – sans savoir que c’en était un, pour ma part, jusqu’à ce reportage au journal de la mi-journée de France 2 – est apparu suite à l’entreprise – qu’il faut bien saluer – de réfection de la gare. Les rats sont chassés des sous-sols et pullulent aux abords des quais. Après le sourire – quand on ne voit qu’un rat –, le dégoût – quand on s’aperçoit que l’individu n’est pas seul et qu’en plus il s’approche des poubelles, après 20 heures –, quelques fameux romans nous viennent à l’esprit, dont La Peste bien entendu ou, plus récent, Le rêve de Machiavel. Les images sont alors loin d’être rassurantes. D’autant que ces animaux seraient plus nombreux que les habitants à Paris d’après la rumeur. D’autant que, si l’on pense à la fable de Jean de La Fontaine – Les deux rats, le renard et l’œuf (Fable 11, livre VIII) –, ce sont des animaux intelligents. Ils incarnent d’ailleurs à merveille l’envahisseur chez Camus, l’envahisseur malin porteur de la tumeur.

Les rats n’ont rien de séduisant, même pour leurs lointains congénères de bibliothèque et c’est définitif. Les apercevoir de temps en temps alors que le train de 21h20 n’est pas encore affiché est loin d’être agréable. J’avoue que je suis là bien loin d’être courageuse et curieuse. Cette crainte est motivée par mon imagination sans doute mais elle est aussi justifiée scientifiquement. En effet ces rats sont porteurs de maladies : bien loin des temps obscurs que furent ceux des grandes pestes du 13ème jusqu’au 18ème siècle avec la peste de Londres ou encore celle de Marseille, le 21ème siècle est celui d’autres maladies. Ainsi un agent de la SNCF aurait-il contracté la leptospirose – dite aussi maladie de Veil – maladie transmissible par l’urine du surmulot.

Cette courte chronique n’a rien de littéraire, j’en conviens. Cependant, elle entre dans le champ de mes lectures qui commencent ou reprennent à la gare Saint Lazare, parfois dès les quais. En outre, elle peut entraîner notre imagination vers l’invention de récits où la peur est centrale. Elle permet de rappeler enfin – et ce n’est pas sans avoir d’écho chez les lecteurs que nous sommes – que la gare Saint Lazare est construite sur des catacombes… Univers romantique, cette fois,  s’il en est.

Claire. 




Les arbres se taisent par Francine Burlaud, Pleine Page, 2007: primé!

25112008

Moi qui ai aimé les Arbres… Je suis ravie de vous apprendre que ce premier roman a obtenu un prix, le prix des savoir-faire d’Aquitaine.

Ce prix récompense une oeuvre littéraire ayant pour cadre l’Aquitaine et publiée par un éditeur de la région. Francine Burlaud était en compétition avec deux autres nominés – Elise Harrer pour Glycine d’Hasparren et Benjamin Hoffman pour Le Monde est beau on peut y voyager.

Je suis heureuse de cette récompense régionale  mais prometteuse, régionale mais pleine de sens dans une région qui a toujours donné à la littérature française de grands auteurs: Philippe Sollers, Michel Serres ou encore Régine Desforges sans parler de Mauriac bien entendu. Tous ces écrivains ne sont certainement pas sur le même plan; pourtant ils disent bien le succès littéraire d’une région à laquelle je trouve beaucoup de charme.

Claire.




Prix Goncourt: Atiq Rahimi… – Eh non je ne l’ai pas encore lu!

11112008

prixgoncourtrahimi.jpg

Même si depuis quelques jours je savais qu’en tout état de cause – compte tenu des oeuvres présélectionnées – je n’aurais pas lu le Goncourt avant l’annonce des membres de l’Académie ce lundi 10 novembre, je guettais avec impatience la décision du jury. Et voilà que c’est fait: un romancier afghan – le premier comme le soulignait Bernard Pivot – s’est vu décerner le prix Goncourt 2008 pour son roman Syngué Sabour, sous titré Pierre de patience

Ils étaient quatre à pouvoir espérer le célèbre bandeau rouge: Là où les tigres sont chez eux, de Jean-Marie Blas de Roblès ; Une éducation libertine, de Jean-Baptiste Del Amo ; La Beauté du monde de Michel Le Bris et Syngué Sabour d’Atiq Rahimi. C’est donc ce dernier qui l’a emporté par 7 voix contre 4 à Michel Le Bris. 

Si je n’ai pas encore ouvert ce roman, j’avoue que j’hésite à le faire suite aux différents commentaires qui ont suivi l’annonce très médiatique du nom du lauréat. D’abord parce que les prix – et celui là en particulier – ont une lourde influence commerciale. Ensuite parce que je sais d’ores et déjà que ce roman constituera – comme pour beaucoup d’entre nous – un de mes cadeaux de Noël traditionnels: il ne faudrait pas que j’aie deux exemplaires. Enfin parce que plusieurs jurys du Goncourt ont exprimé par leur choix une vision politique alors même que ce n’est vraiment pas leur rôle. Cette dernière critique devra certainement être nuancée mais cela se fera en fonction de la force du livre et des opinions exprimées. 

Cependant, j’avoue que je ne résisterai pas à la tentation: parce que je suis curieuse de cet écrivain et de son récit – inconnus –, parce que – après tout – je tiens désormais un blog qui se veut au fait de l’actualité littéraire, fusse-t-elle très médiatique –, parce que, enfin, c’est écrivain étranger qui se livre en français. Il se rapproche en cela d’un de mes auteurs favoris: Andrei Makine. Le fait de ne pas écrire dans sa langue maternelle dénoue beaucoup de choses, lève des tabous et révèle des sentiments que la langue maternelle nous empêche d’exprimer souvent. Alors à toi! Syngue Sabour et à toi! aussi Roi de Kahel de Tierno Monémembo, prix Renaudot cette fois.  

Sans rien promettre, j’espère pouvoir vous faire part assez vite dans des « chroniques  » de mes sentiments sur ces deux oeuvres primées.  

 Claire. 




Jean-Louis Fournier récompensé par un prix littéraire prestigieux: le Femina.

4112008

fournier.jpg

Le prix Femina a été décerné hier à Jean-Louis Fournier pour son récit Où on va, Papa? qui a fait l’objet d’une chronique sur ce blog.

 Je me félicite de ce choix et du succès de ce livre, qui rencontre un vrai public. Avec son écriture toujours en équilibre entre rires et larmes, Jean-Louis Fournier a offert une oeuvre brillante aux lecteurs, un réel hommage aussi à ses deux enfants.

L’attribution du prix Goncourt a lieu ce vendredi et il est à craindre que cette première récompense signifie qu’il soit attribué à un autre auteur. En effet, nous ne sommes pas sans ignorer les tractations entre les Maisons d’Edition qui se battent, dans l’ombre, pour obtenir chacune des prix.

 Ce prix Femina est superbe et mérité. Pourquoi ne pas espèrer qu’il soit - une fois  n’est pas coutume – doublé du Goncourt? Après tout Andrei Makine, un écrivain que j’aime beaucoup - comme en témoigne la longue étude que je lui ai consacrée – avait obtenu les deux en 1995 pour le Testament français.

 En tout cas, un grand merci à Jean-Louis Fournier pour le talent d’équilibriste dont il fait preuve dans son oeuvre, un talent qui a fait mouche et pas seulement chez les jurys du Femina.

 Claire.







RURALIVRES |
Arcade |
valentine63 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le portrait de la femme en ...
| Lire, Voir, Ecouter...
| mespetitsmotspourtoi